Les séminaires ITAP de 2011

… Les séminaires ITAP de 2011 …

Jeudi 15 décembre 2011 à 11h. Lieu : Salle Mosson, Irstea.

Ariane Vallet (ITAP, Irstea, Montpellier)
Titre: Modélisation de l’atomisation d’un jet liquide : une approche Eulerienne diphasique à un fluide.
Résumé: L’atomisation est un régime de formation de gouttes particulier qui a lieu lorsque la vitesse d’injection du liquide est suffisamment élevée. C’est aussi le passage d’un jet ou d’une nappe liquide continu(e) à des éléments (gouttes mais aussi ligaments) discrets. On aimerait connaitre où se trouve le liquide mais aussi la taille et la vitesse de ces éléments après la sortie de l’injecteur.
Après quelques généralités sur le contexte de la pulvérisation de pesticides et un rapide survol bibliographique sur la modélisation de l’atomisation, on explicitera les équations décrivant l’écoulement turbulent diphasique d’un fluide à masse volumique variable. Outre les équations classiques de conservation de la masse et de la quantité de mouvement moyennées, on introduira une équation de transport de l’aire interfaciale liquide/gaz. On pourra ainsi estimer d’une part la dispersion du liquide dans le gaz, et d’autre part déterminer en tout point du domaine de calculs une taille caractéristique des fragments liquides produits.
Mots clés : atomisation, turbulence, spray, modélisation Eulerienne

 

Jeudi 24 novembre 2011 à 11h. Lieu : Salle Occident, Cemagref.

Philippe Roux (ITAP, Cemagref, Montpellier)
Titre: Equipe Elsa: Projets et thèses en cours … quelles questions de recherche associées
Résumé : L’objectif de cet exposé est de faire un premier tour d’horizon des actions en cours au sein d’Elsa … des questions de recherches actuellement abordées … des perspectives de collaboration avec les collègues ITAP (modélisation, ETV  » Environmental Technology Verification »).

 

Jeudi 17 novembre 2011 à 11h. Lieu : Salle Ferguson, SupAgro.

Denis Dochain (CESAME, UCL, Louvain-la-Neuve, Belgique)
Titre: Modélisation et identification d’un procédé de lagunage
Résumé : il existe typiquement trois grandes classes de procédés biologiques de traitement des eaux usées : les boues activées, la digestion anaérobie, et le lagunage. Cette dernière est moins répandue, surtout dans les pays industrialisés. Elle présente néanmoins certains avantages comme la faible coût de construction et d’entretien. Le mode de fonctionnement d’un lagune fait appel au développement de trois types de micro-organismes : des micro-algues, des bactéries aérobies et des bactéries anaérobies. A part le rendement épuratoire, un des enjeux du bon fonctionnement d’une lagune est d’assurer un faible dégagement d’odeurs (sous forme de sulfure d’hydrogène). Celui-ci se manifeste lors d’un déséquilibre entre les trois populations de micro-organismes. Le but de cet exposé est de présenter un modèle dynamique d’une lagune de la région de Compiègne, modèle qui permette de mettre en évidence ce possible dégagement d’odeurs, ainsi que l’identification des paramètres du modèle.

 

Mardi 15 novembre 2011 à 11h. Lieu : Salle Orient, Cemagref.

Gilles Rabatel (ITAP, Cemagref, Montpellier)
Titre: Une nouvelle technique pour l’obtention simultanée des bandes R
et NIR à partir d’un appareil photo numérique standard : approche théorique et résultats obtenus.
Résumé : En télédétection, l’intérêt d’images multispectrales incluant simultanément une bande rouge et une bande proche infrarouge n’est plus à démontrer : l’indice NDVI = (NIR-R)/(NIR+R) est presque universellement utilisé pour la discrimination entre sol et végétation et pour l’évaluation de biomasse. En revanche ce type d’indice reste très peu utilisé en vision au champ ou par drone, faute d’outils de prise d’image adéquats. Nous proposons ici une nouvelle technique permettant d’obtenir simultanément les bandes rouge et proche infrarouge à partir d’un seul appareil photographique standard, après avoir ôté le filtre interne bloquant l’infrarouge. Une approche théorique basée sur un formalisme vectoriel dans l’espace spectral permet, à partir des courbes de sensibilité de l’appareil, de déterminer le filtre passe-bas optimum et la combinaison linéaire à appliquer. Cette approche a été mise en œuvre sur deux appareils de nouvelle génération (Canon 500D et Sigma SD14). Les valeurs NDVI obtenues ont été comparées avec des valeurs de référence pour un jeu de spectres de sol et de végétation. La qualité des résultats confirment que les bandes NDVI peuvent dorénavant être acquises relativement simplement avec un imageur à haute résolution spatiale, offrant de nouvelles opportunités pour des applications de suivi des cultures.

 

Mardi 4 octobre à 11h. Lieu : Salle Mosson, Cemagref.

Carole Sinfort (SupAgro Montpellier, UMR Itap)
Titre : Influence spatio-temporelle des traitements phytosanitaires sur
la contamination d’un bassin versant : le cas du Gibeault Delisle (Quebec)
Resume : Le bassin versant du Gibeault-Delisle (19 km2) situé au Sud-Ouest du Saint Laurent, au Québec, est principalement occupé par des cultures horticoles. Une étude récente  du Ministère chargé de l’Agriculture au Québec a montré que la rivière était contaminée par les pesticides tout au long de la saison y compris en dehors des périodes de pluie. Dans ce contexte, l’objectif de l’étude était d’évaluer si les concentrations mesurées pouvaient être liées à des phénomènes de dérive pendant les applications et d’analyser les effets de quelques solutions de réduction.
Pour atteindre ses objectifs, la dérive a été simulée pour chaque parcelle du bassin versant en utilisant un modèle publié par l’Environmental Protection Agency aux USA et les concentrations dans les cours d’eau ont été calculées. L’occupation des sols a été fournie par un consortium d’agriculteurs et complétée par l’analyse d’images  Landsat 5 Thematic Mapper-7 bands avec des méthodes de classification supervisées.  Les concentrations maximales ont alors été calculées pour les traitements enregistrés pendant la période des mesures du ministère. Les résultats montrent que la dérive peut être responsable des concentrations mesurées. L’effet de réglages limitant la dérive et de la mise en place de zones tampon ont été quantifiés.
Des méthodes de Monte-Carlo ont été appliquées pour tester l’influence des variables extérieures et les résultats montrent que le facteur le plus influent pour les concentrations est le débit des cours d’eau. Ces méthodes ont également permis de calculer les probabilités d’occurrence des concentrations mesurées pour les différents pesticides utilisés.

Share